Hypnose République - Paris, Céret
Hypnose République  -  Paris, Céret 

Hypnose Ericksonnienne

Milton H. Erickson (1901 - 1980), psychiatre et psychologue, utilise très tôt l’autohypnose pour lutter contre une paralysie de tout le corps (il avait contracté une forme sévère de poliomyélite).
Il développe différents outils qui lui permettent de sortir de cette paralysie. Ses découvertes fascinent et donnent naissance à un nouveau courant de thérapies brèves.


Qui est Milton H. Erickson ? 

Qu’a-t-il apporté dans la pratique de l’hypnose ? 

Qu’est-ce que l’hypnose ericksonienne ? 

 

 

Un patient acteur de son changement.


Selon Erickson, le patient sous hypnose peut accéder à ses ressources intérieures, trop souvent inexploitées. 
Cette idée de ressources repose sur la capacité de chacun à s'adapter et modifier ses perceptions. Il est alors possible d'agir simplement pour améliorer un ensemble d'éléments et de mieux vivre.

 

 

 

Les suggestions indirectes

 

Pour faciliter le passage à l’hypnose de personnes désireuses d’atteindre cet état tout en étant très résistantes, Milton Erickson va développer une série d’approches facilitant le « lâcher prise ». Il s’agit de la mise en place de formulations diminuant la pression (permissivité des énoncés), et facilitant l’attitude positive du sujet (truisme, yes set, etc.) ou encore désarmant ses résistances (négation, surprise, confusion etc.). Ces différentes façons de procéder souvent taxées de « suggestions indirectes » permettent l’entrée en hypnose de la plupart des sujets. Mais, plus intéressant encore, elles permettent de modifier considérablement la place tenue par l’hypnothérapeute. Ce dernier peut ainsi donner une place active au sujet.
Chez Erickson, l’hypnose n’atteint vraiment complètement son objectif que lorsqu’elle sert à la mise en place d’un changement qui vient du patient lui-même. Changement rendu possible par la transe, la relation au thérapeute et l’accès par le sujet à ses propres ressources.

Pour donner une idée de la pratique de l’hypnose ericksonienne, on peut, par exemple, évoquer le travail qu’il met en place avec une de ses patientes. Au lieu de lui proposer une induction centrée directement sur la détente et la concentration, il lui parle de son enfance et particulièrement de cette époque où en classe elle devait apprendre à lire. Cela donne sensiblement cela : « Pouvez-vous vous rappeler de ce tableau noir au milieu du mur dans votre classe ? Et vous vous demandiez comment distinguer les lettre du fond et cela vous paraissait bien difficile de différencier le i et le j, et plus encore le « o » et le « q »… tout cela vous paraissait bien difficile .. et pourtant vous avez su apprendre, apprendre à vous servir de ces lettres puis des mots, et vous avez ainsi d’années en années rencontré différentes choses difficiles que vous avez su apprendre et ainsi vous avez progressé, et vous pouvez laisser votre esprit aller là où il aimerait aller aujourd’hui ».

On peut analyser la technique employée de la façon suivante : au lieu de situer l’attention du sujet dans le contexte de la séance elle est directement engagée dans un imaginaire du passé, un imaginaire comportant une forte charge émotionnelle. Dans ce passé, elle avait su apprendre. L’induction sous-entend qu’elle a toujours en elle cette ressource d’adaptation et de progrès qui va lui permettre d’apprendre tant l’hypnose que de nouveaux comportements nécessaires à sa thérapie. L’engagement dans l’imaginaire qui permet ce passage est un engagement à aller à la rencontre des diverses ressources qui pourront l’aider en ce sens.

Contact

Teddy FERMENT

 

contact@hypnose-republique.fr​​​​

Téléphone : 06 77 63 86 31 06 77 63 86 31



Nouveau !
vous pouvez maintenant me contacter et prendre rendez-vous à Céret.

61 rue Saint Ferréol
66400 Céret